“Lors de la retranscription de ce message, je tiens juste à vous rappeler que Mère Joséphine a vécu, il y a plus de 100ans et que son phrasé est difficile à retranscrire à l’écrit. Lorsque j’ai trop, modifié pour améliorer le français, je me suis faite “tirer les oreilles”, avec un “c’est pas comme ça qu’est ce que je parle”. Nous sommes loin de la canalisation de l’archange Michael ou autres Métatron… Voici le message simple d’une vieille auvergnate qui a pour mission de m’apprendre et de me guider (ce qui n’est pas toujours simple). Je vous souhaite de pouvoir capter l’énergie des mots, l’originalité et l’humour de cette petite vieille bonne-femme.”

“Comment arriver à avancer dans ces temps troublés ?

Il est indispensable de rester dans son axe, dans son chemin.

C’est sur votre propre chemin, votre propre route et uniquement dans cette direction que la paix peut se faire.

Depuis quelque temps, lorsque vous sortez de votre axe, les coups de bâton se font sentir. Les effets secondaires à un manque d’alignement sont rapides et sans appel.

Vous n’êtes plus alignés dans votre couple… Resté par peur de la solitude, le poids de la souffrance sera encore plus lourd que la solitude elle-même.

Prenez des décisions qui vont dans votre sens, dans ce qui est juste pour vous et par contre, c’est l’ouverture rapide qui s’fait. Tout se chamboule, se bouscule, se précipite.

Voui, voui,voui, qu’il est plus simple et tentant de faire profil bas, en restant bien confortablement installé dans son petit confort matérialiste, en attendant que « ça passe »…

Je peux d’ores et déjà vous dire que « ça ne passera pas ».

Les mouvements, les décisions, vos liens entrevous avec vos proches, ami.es, sont vos échappatoires.

Entendons-nous bien, ch’uis pas entrain de cultiver une vision anxiogène d’un pseudo-complot mondial (on a discuté un moment pour trouver ces mots)… Tel n’est pas mon message.

Mon message n’est autre qu’une interpellation, une invitation à grandir à vous-même. Votre profondeur, votre unité, votre accomplissement.

Je ne peux pas non plus dire que nous sommes tous des Gandhi ou Mère Teresa,,, Il n’en reste pas moins que tout un chacun à quelque chose à faire, à son échelle, dans son domaine.

Il est donc temps de plonger dans son propre intérieur, par le mouvement, par la création, par les liens que vous entretenez avec vos ami.es.

Tout comme Rome ou Clermont-Ferrand ne se sont pas faites en un jour. Vous allez cheminer lentement mais surement. Personne, de surcroit, ne viendra vous dire ce qui est juste pour vous. Ça doit sortir de vous de vos tripes, de votre bidon.

Ce dont que ce qu’est ce que je suis certaine, c’est que tout un chacun qui va lire ce texte peut au lieu de ses sempiternelles bonnes résolutions… prendre des décisions… je souhaite vous rappeler que le pire c’est la « stagnation »… La vie, c’est le mouvement, faire un pas en avant même petit, c’est déjà ça.

Quand qu’est ce que je parle du mouvement, je dis pas, que tu vas me dire que c’est ton mari qui doit changer, ou ta conjointe… ou commencer à bouger quand tu auras si ou ça ou patata… Des excuses !

Ton patron, ton mari, ta femme, ton voisin, Pierre, Paul ou Jacques, chacun a ses propres combines.

Occupe-toi de tes fesses, c’est déjà pas mal…

Et demande toi, ce que toi-même, tu peux faire aujourd’hui pour faire un pas… et même maintenant !

Je vous souhaite toujours d’avoir un bon saucisson et du bon vin à votre table, parce que c’est bon.

Mère Joséphine”